Modèle coopératif
Mutualisme & Sociétariat

02/11/2017

Modèle coopératif : ensemble, on va plus loin

Temps de lecture :
Un sociétaire = une voix Proximité, responsabilité, solidarité Entretenir la flamme du mutualisme

Dynamiser le territoire francilien, soutenir les actions locales, valoriser les jeunes talents, entretenir le patrimoine de sa région… Le modèle coopératif du Crédit Agricole est bien plus qu’un concept. Responsable du développement du mutualisme au sein du Crédit Agricole d’Ile-de-France, Philippe Quevenne en est convaincu : ensemble, on va plus loin.

Un sociétaire = une voix

Qu’est-ce qui différencie une banque coopérative d’une banque commerciale ? « Notre système de gouvernance, qui s’appuie sur une structure pyramidale, avec à sa base nos Caisses locales et nos sociétaires », répond Philippe Quevenne.

Nous n’avons pas la science infuse. Les bonnes idées viennent aussi de nos clients et de nos sociétaires !

Philippe Quevenne

« Cela rend nos objectifs différents. Notre première mission ? Construire des projets utiles et sur le long terme pour dynamiser le territoire francilien. » Pour y arriver, il est impératif de connaître la réalité du terrain, et donc les besoins de ses acteurs. « Cela passe notamment par nos sociétaires, tous nécessairement clients ».

En détenant des parts sociales émises par sa Caisse locale, le sociétaire devient acteur de sa banque. Et peu importe le nombre de parts sociales souscrites, c’est le principe « un sociétaire égale une voix ». Grâce à son statut, le sociétaire bénéficie d’informations privilégiées sur sa banque et est, chaque année, invité à participer à l’assemblée générale de sa Caisse locale. Présentation des comptes et des travaux menés au cours de l’année, informations sur la stratégie de sa Caisse Régionale et du groupe Crédit Agricole… « En Île-de-France, près de 10 000 sociétaires répondent présents aux assemblées générales de nos 52 Caisses locales ». En plus de faire le point sur l’année écoulée, ces grandes réunions sont également l’occasion d’écouter les témoignages d’associations locales aidées, d’échanger directement avec les dirigeants de la banque, de répondre aux questions, et d’écouter les suggestions pour continuer à développer les actions. « Nous n’avons pas la science infuse. Les bonnes idées viennent aussi de nos clients et de nos sociétaires ! »

Proximité, responsabilité, solidarité

En plus de faire entendre sa voix, tous les sociétaires peuvent prendre part aux actions menées par le Crédit Agricole sur son territoire. « Grâce à la participation de nos 52 Caisses locales, plus de 460 projets ont pu être menés en Île-de-France en 2019 ». Ces soutiens prennent vie grâce aux offres sociétaires : tout d’abord, une carte bancaire sociétaire qui, à chaque utilisation, entraîne le reversement d’un centime d’euro dans un fonds mutualiste par la banque régionale, pour être ensuite redistribué au sein du tissu associatif local.

metro fille

Puis, un Compte sur Livret Sociétaires dont la rémunération est sensiblement supérieure à celle d’un compte sur livret classique. Les intérêts – sous certaines conditions – sont convertis en Tookets, une monnaie solidaire destinée à être reversée à l’organisme local du choix du sociétaire. Impliquer les sociétaires dans les actions visant à dynamiser le territoire francilien, « c’est répondre aux valeurs de proximité, de solidarité et de responsabilité qui sont les bases du modèle coopératif. »

Parmi les nombreuses actions soutenues par les caisses locales, Philippe Quevenne cite l’accompagnement de 3 300 enfants de centres aérés d’Ile-de-France au Salon international de l’Agriculture, début 2019. « Plusieurs parcours pédagogiques autour des thèmes du végétal et des animaux ont été imaginés par de jeunes agriculteurs Franciliens. Un franc succès auprès des enfants ! » Autre exemple cité par le responsable du développement du mutualisme, la marche solidaire connectée au profit de l’association ARTICLE 1 qui oeuvre auprès des jeunes pour l’égalité des chances ou encore le partenariat depuis 3 ans avec l’association Cravate Solidaire, qui habille gratuitement les demandeurs d’emplois et les accompagne dans leurs démarches de recherche d’emploi.

En complément du soutien aux associations, le Crédit Agricole d’Ile-de-France s’est, depuis 2012, investi dans le mécénat. « Nos domaines de prédilection sont les jeunes talents et le patrimoine francilien », explique Philippe Quevenne. Dans les faits ? « Valoriser tout type d’action combinant jeunes talents et patrimoine ». Près de 90 dossiers, très hétérogènes, ont ainsi été soutenus depuis 2012. Par exemple, le programme Passeport pour les JO de la Fondation Sorbonne Université permet à de jeunes athlètes de mener leurs études tout en préparant les qualifications aux JO de Tokyo. Ou encore la restauration de patrimoines remarquables de notre territoire comme la Maison de Fer de Poissy ou encore la Fabrique du Gaur du Jardin des plantes.

Nous imaginons de nouveaux avantages à être sociétaire. Nos clients doivent continuer librement à choisir de devenir sociétaires, être pleinement acteurs de leur banque et partager fièrement notre utilité collective.

Philippe Quevenne, Responsable du développement du mutualisme
Philippe Quevenne2
Philippe Quevenne, Responsable du développement du mutualisme

Entretenir la flamme du mutualisme

Le modèle coopératif perdure grâce à l’engagement des sociétaires qui le composent. Le challenge pour l’avenir ? Arriver à fédérer encore plus de femmes et d’hommes prêts à s’investir pour faire bouger le territoire francilien aussi bien dans les espaces urbains, péri-urbains et ruraux. « Pour cela nous imaginons de nouveaux avantages à être sociétaire », précise le responsable du développement du mutualisme. Et de conclure : « nos clients doivent continuer librement à choisir de devenir sociétaires, être pleinement acteurs de leur banque et partager fièrement notre utilité collective. »

Vous souhaitez lire plus de contenu à ce sujet sur notre site ?

Share This