Le musée d’Orsay

Au sein du musée d’Orsay, les amateurs d’art peuvent assister à la restauration de trois tableaux grands formats du XIXème siècle grâce à l’installation d’une enceinte vitrée.

 

 

Crédit Agricole d’Ile-de-France Mécénat devient ainsi Grand Mécène du Fonds de restauration des œuvres du musée d’Orsay. Son soutien permettra de préserver et d’exposer trois chefs-d’œuvre « grand format» de peinture académique dont l’état est extrêmement dégradé :

  • Le Remords de Louis Baader (1828-1920), d’une surface de 11 m2 (H 3,76m x L 2,95m) ;
  • Les Femmes gauloises : épisode de l’invasion romaine d’Auguste Glaize (1807-1893), d’une surface de 28 m2 (H 4,24m x L 6,51m) ;
  • Charge de l’artillerie de la garde impériale à Traktir en Crimée le 16 août 1855 d’Adolf Schreyer (1828-1899), d’une surface de 9 m2 (H 2,06m x L 4,35m).

 

Ces restaurations sont réalisées in situ dans les espaces d’exposition du musée d’Orsay, grâce à l’installation d’une enceinte vitrée. Les visiteurs peuvent ainsi suivre les travaux des restaurateurs d’art sous la direction des conservateurs du musée et des experts du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF).

Un programme de médiation culturelle accompagne ce chantier d’envergure pour favoriser notamment la rencontre entre étudiants et restaurateurs : Masterclass autour de la restauration des grands formats de la fin du XIXesiècle ; « Curieuse nocturne », une soirée évènementielle en direction du public 18/25 ans mettant en valeur l’Académisme en peinture ou encore accueil d’étudiants en histoire de l’art ou en métiers d’art pour des stages au sein du service de la conservation afin de travailler sur l’Académisme.

Crédit Agricole d’Ile-de-France Mécénat, accompagné par la Fondation du Crédit Agricole-Pays de France, contribue ainsi à préservation et à la mise en valeur des collections du musée d’Orsay, qui fêtera son trentième anniversaire en décembre prochain.

Pour en savoir plus : www.musee-orsay.fr

 

 

Reportage

Découvrez les dessous de la restauration du tableau « Les femmes gauloises : épisode de l’invasion romaine », d’Auguste Glaize.

À lire aussi