L’humain au cœur du management opérationnel

©filadendron

Le Crédit Agricole d’Ile-de-France a décidé de mettre le collaborateur et le bien-être au travail au centre de sa politique RH et de son management. Nicolas Bontemps, Directeur des Ressources Humaines, revient sur les principales mesures mises en place pour créer un nouvel environnement professionnel attractif au sein de la banque régionale. Et cela ne se résume pas uniquement à l’installation d’une salle de sport !

(Re)connecter les management et les collaborateurs

En matière de bien-être au travail, un sujet revient sans cesse : les rapports entre les collaborateurs et leurs managers. « Le volet managérial est central. Dans notre plan à moyen terme Osons 2020, un pan entier est consacré aux grandes mutations RH que nous souhaitons mener », insiste Nicolas Bontemps. L’attractivité de l’entreprise mais aussi la rétention des talents en dépendent. « Nous misons donc sur une transformation managériale en profondeur. »

Le volet managérial est central. Dans notre plan à moyen terme Osons 2020, un pan entier est consacré aux grandes mutations RH que nous souhaitons mener.

Nicolas Bontemps, Directeur des Ressources Humaines du Crédit Agricole d'Ile-de-France

 

 

 

Le credo au sein de la banque mutualiste ? Exigence et bienveillance, notamment grâce à la valorisation des équipes et à la reconnaissance de leur travail. Un programme de formation ambitieux a donc été conçu avec l’Emlyon. « 600 managers vont être formés sur deux ans aux techniques de management positif pour tirer le meilleur de leurs équipes », précise ainsi le Directeur des Ressources Humaines du Crédit Agricole d’Ile-de-France. Afin d’appuyer cette formation, une charte de bonnes pratiques managériales a aussi été mise en place. Et ce n’est pas tout ! Pour repenser l’organisation du travail, toutes les pistes doivent être explorées, en mettant les évolutions technologiques au service des collaborateurs.

Vers un bon équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle

« Nous sommes en constante réflexion sur la façon dont nos collaborateurs vivent leur travail », le télétravail a ainsi fait son chemin depuis des accords signés en 2017. La banque mutualiste ne compte pas s’arrêter là. Le Crédit Agricole d’Ile-de-France cherche en effet à développer une nouvelle forme de travail dit « déplacé ». Le principe est simple : permettre aux collaborateurs de travailler depuis n’importe quelle agence. Une bonne manière de favoriser la mobilité et de rendre plus simple l’organisation de la vie personnelle. « Si un parent doit récupérer son enfant à l’école de son quartier, il lui sera plus facile de travailler dans une agence proche de celle-ci. » Cette nouvelle forme de travail est déjà à l’étude !

Si le travail déplacé n’arrivera qu’à moyen terme, d’autres mesures ont déjà été mises en place. Le Crédit Agricole d’Ile-de-France soigne particulièrement la parentalité. Les jeunes parents peuvent, par exemple passer temporairement à temps partiel – et garder ce rythme même au-delà des trois ans de leur enfant. Pas question non plus d’oublier les mamans : « A chaque retour de congé maternité, un entretien est organisé entre la collaboratrice et son manager en vue de préparer son retour au travers de formations de remise à niveau ; par ailleurs, le salaire des femmes ayant connu un congé maternité est bien entendu revalorisé automatiquement conformément à la réglementation. » complète Nicolas Bontemps. L’égalité hommes-femmes est un vrai cheval de bataille pour la banque, très bien notée au titre de l’exercice 2018 (89/100 pour les entreprises de plus de 1000 salariés) sur l’index d’égalité femmes-hommes. Les managers disposent même d’un outil spécifique pour répartir de manière équilibrée les augmentations entre collaborateurs et collaboratrices !

Et comme un bon équilibre passe aussi par une bonne gestion du temps à domicile, le Crédit Agricole d’Ile-de-France a développé des dispositifs comme les chèques Emploi Service Universel (CESU), « très utilisés »,  qui offre la possibilité d’utiliser les services de garde d’enfants, d’aide aux devoirs et d’aide à domicile. 

Donner la parole aux collaborateurs

Pour trouver et mettre en place de nouvelles manières de travailler, le plus simple est parfois d’interroger les principaux intéressés : les collaborateurs ont leur mot à dire ! Ils sont d’ailleurs régulièrement consultés, à l’occasion de brainstormings géants ou via un questionnaire annuel de satisfaction. « Utilisé depuis 2012, cet outil est entré dans les mœurs et le taux de retour est très significatif », se réjouit Nicolas Bontemps.

Si ces rendez-vous et consultations permettent de faire émerger des idées d’améliorations pour  l’environnement de travail, ils restent cependant ponctuels. Sur le long terme, le Crédit Agricole d’Ile-de-France compte ainsi sur le pôle Innovation. Son rôle ? Identifier les start-ups susceptibles de répondre aux attentes des collaborateurs et nouer des partenariats profitables à tous. Parmi les « services préférés des collaborateurs », Nicolas Bontemps cite One conciergerie, une conciergerie digitale sous forme d’Assistant Personnel Digital.

Adopter une bonne posture, savoir comment se relaxer et  mieux aborder la question du stress… Un sujet essentiel aujourd’hui

Sa mission repose sur l’amélioration de la qualité de vie au travail et à la maison. Plus de bien-être et un gain de productivité personnelle. En 2019, forte de ces collaborations réussies, la banque régionale s’est attaquée, avec une start-up, à la question de la sédentarité au travail et les manières de mieux la supporter.  « Adopter une bonne posture, savoir comment se relaxer et  mieux aborder la question du stress… Un sujet essentiel aujourd’hui ».

 

A l’inverse, le Crédit Agricole d’Ile-de-France réfléchit également à la meilleure manière d’accompagner la mobilité. Inciter à prendre des transports respectueux de l’environnement ou aider les collaborateurs dans leurs démarches administratives faisant suite à une mutation ? Dans la banque mutualiste, il est impossible de laisser un collaborateur sur le carreau !

À lire aussi
Share This