Graines de Boss : un partenariat pour l’audace et l’innovation

Créé en 2014, le concours Graines de Boss a réussi à se créer une véritable notoriété et à séduire startups, entrepreneurs ainsi que les grandes entreprises. C’est donc tout naturellement, que le Crédit Agricole d’Ile-de-France est devenu partenaire de ce concours chargé d’audace et d’innovation car #OnCroitEnVous.

Graines de Boss : c’est quoi ?

Depuis plus d’une décennie, c’est avant tout un véritable tremplin pour les entreprises de moins de 5 ans. Chaque année il est attendu par les entrepreneurs comme l’événement qui booste leur réseau ! Il leur permet de confronter leur structure et Business Plan à des leaders, et donc de juger la qualité de leur projet. Cette confrontation les aide à gagner en

crédibilité tout en rencontrant des partenaires potentiels.

Pour Olivier Gavalda, directeur général du Crédit Agricole d’Ile-de-France : « Entreprendre, c’est dessiner une voie nouvelle. Comment ? En pens

ant autrement. Le concours Graines de Boss permet de comprendre les envies des jeunes entrepreneurs et les ruptures qu’ils initient. En tant que parrains nous les conseillons ».

Soirée des lauréats Graines de Boss 2018

Un partenaire engagé auprès  de futurs fleurons de l’économie

Les anciens lauréats de Graines de Boss développent aujourd’hui leur entreprise avec énergie et talent, ils renforcent l’économie et la création d’emplois en France et également sur le territoire d’Île-de-France. Le Crédit Agricole d’Ile-de-France mise sur ces entreprises en devenant partenaire et en participant à la sélection des 15 lauréats 2018. Graines de Boss permet certes aux entrepreneurs de bénéficier de l’expertise des grandes entreprises, mais pour Olivier Gavalda, ce concours permet également aux grands groupes d’entamer de nouvelles réflexions : « ils et elles nous inspirent.  Leur agilité et leur audace nourrissent nos réflexions pour toujours devancer les attentes de nos clients ».

C’est également un concours chargé de valeurs partagées par la banque régionale qui souhaite être acteur de l’open-innovation.

 

 

À lire aussi