Immobilier : « les Franciliens ont gagné en pouvoir d’achat »

Par Olivier Gavalda, Directeur Général du Crédit Agricole d’Ile-de-France.

Je veux ici vous partager une fierté, en opposition aux idées reçues et « bank-bashing » ambiant : nous avons diminué le poids du logement dans le budget des Franciliens. En 2015 puis en 2016, la baisse des taux a considérablement allégé le montant des mensualités des prêts Habitat et nous avons renforcé notre soutien au secteur de la Construction, notamment en finançant plus largement le logement social.

Budget allégé : nouveaux prêts, rachats de crédits et multi-réaménagements

En 2016, nous avons accordé 20 000 réaménagements de prêts (pour 2,8 milliards d’euros). Ces réaménagements ont engendré une baisse moyenne du taux de ces crédits de 1,15%. Pour nos clients, cela se traduit par une mensualité de remboursement réduite en moyenne de 72 euros par mois et 860 euros par an. Mais cette économie sur la seule année 2016 ne traduit pas le gain réel de pouvoir d’achat dont nos clients ont réellement pu bénéficier grâce à la baisse successive des taux depuis 2008, aux rachats de crédits à la concurrence que nous avons effectué et aux multi-réaménagements d’un même prêt.

Olivier Gavalda

Taux bas : une aubaine pour les nouveaux acquéreurs

Entre 2012 et 2016, le taux moyen des nouveaux crédits est passé de 3,5% à 1,7%. Concrètement ? Pour un même crédit (profil moyen en Île-de-France : montant = 180 000€ sans l’apport, durée = 17 ans), la mensualité payée par notre client type est réduite de 160 euros par mois pour un prêt réalisé en 2016 par rapport à un prêt réalisé en 2012. Sur la durée du prêt, le client économise 33 000 euros ! Vous objecterez que les taux remontent, et vous avez raison. Toutefois, ils restent encore très très attractifs et continuent à motiver les acquéreurs.

Logement neuf : la construction repart

Dernier élément à prendre en compte concernant l’accès au logement : la construction. Comme dans toute économie de marché, c’est la tension entre l’offre et la demande qui fixe le prix d’un bien. Si le marché de l’immobilier parisien reste très haut, avec une demande encore largement supérieure à l’offre, on observe un rebond de la construction avec + 12,7 % de logements construits en 2016 pour l’Île-de-France. Une dynamique positive que le Crédit Agricole d’Ile-de-France accompagne. Nous avons financé 4 300 logements neufs en soutenant les promoteurs et les bailleurs sociaux, au-delà des crédits accordés aux particuliers pour leurs projets de construction, de VEFA (Vente en état futur d’achèvement) ou encore d’investissements locatifs. Par ailleurs, nous confirmons notre rang de financeur des nouveaux logements sociaux en Île-de-France.

Autant d’initiatives qui continuent à augmenter en 2017 le pouvoir d’achat des propriétaires et faciliter encore plus l’accès pour tous au logement en Île-de-France.

 

À lire aussi